• Andalousie P1 et Gibraltar-août 2019

    La côte espagnole
    Andalousie P1 et Gibraltar

      Par René

     Cliquez sur les photos pour les agrandir.

     

    Andalousie P1 et Gibraltar

    Bye bye Aguadulce...sans trop de regrets

     

    Le petit mois passé en Belux (contraction de Belgique et Luxembourg) a été profitable à tous points de vue. Nous étions tellement contents de quitter la fournaise andalouse…pour finir dans la canicule luxembourgeoise.
    39 °C au Lux, cela n’était jamais arrivé !
    Pas grave, nous venions d’un entraînement intensif de 3 semaines. La grosse différence, c’est qu’au Lux, les températures nocturnes étaient de l’ordre de 24°C alors que le thermomètre en pleine nuit à Aguadulce affichait 33 °C !
    Petits joueurs va…
    Heureusement, nous avions le lac de la Haute Sûre pour nous rafraîchir.

    La principale raison de notre retour concernait notre appartement en location. En 5 jours top chrono, nous avons réussi à récupérer notre appartement, à le rendre propre malgré son état déplorable et à le relouer. Je vous passe les détails mais pour arriver à ce résultat,  nous avons vraiment dû mettre les mains dans le cambouis et user de persuasion et de ruse pour que notre malhonnête locataire nous remette les clés et quitte les lieux sans trop de dommages.
    Une véritable opération commando.
    Ensuite, nous nous sommes occupés de notre résidence principale où là encore, les travaux de rénovation de façade laissent à désirer tout en délestant le portefeuille des co-propriétaires, c’est-à dire le nôtre entre autres, avec des suppléments non prévus à l’insu de notre plein gré !

    Terminons ce tour d’horizon avec la finalisation des documents comptables et la visite de quelques amis et nous nous retrouvons rapidement sur IDEMO à la mi-août grâce à la bienveillance de Javier, notre voisin espagnol avec lequel nous avons fini par sympathiser. Cela me donne l’occasion d’ouvrir une parenthèse sur nos relations avec les espagnols (de la côte) en général. Nous ne les avons pas trouvé particulièrement engageants, ni très sympas dirais-je. Est-ce la faute au tourisme de masse…
    Il faut montrer patte blanche et avoir du temps. Alors seulement, une relation peut se nouer comme avec Javier, par exemple, qui a fini par nous conduire ET nous rechercher à l’aéroport d’Almeria après de nombreuses discussions et quelques cadeaux.
    Suite à notre aversion pour cette côte espagnole bétonnée, nous décidons de faire une nuit pour rejoindre directement Gibraltar d’un coup. Tout commence bien avec 4 heures de spi avant qu’«Eole » s’en aille vers d’autres cieux pour être remplacé durant la nuit par « Brumus », le dieu du brouillard.
    Entre-temps, vers 16H00, je remarque que les batteries sont faibles alors que nous sommes au moteur. Rapide diagnostic, l’alternateur moteur ne charge plus. Embêtant, d’autant plus que les panneaux solaires ne vont pas charger cette nuit. Le port le plus proche est à 45 nm, nous ne pouvons pas y arriver avant la nuit. Je continue à chercher, vérifie les connections, les coupe-circuits, éteint et rallume le moteur etc… rien n’y fait.
    Et puis, à un moment donné, ça fonctionne à nouveau sans que je puisse donner une explication rationnelle.
    Heureusement, car avec cette bouillasse et la concentration de cargos à l’approche du rail, le radar a fonctionné toute la nuit. En matinée, nous arrivons dans la grande baie d’Algéciras sans rien voir du fameux rocher de Gibraltar en slalomant entre les cargos à l’ancre et ceux qui se laissent dériver avec le courant. Fatiguant cette navigation.

    LA TRAVERSEE DU DETROIT DE GIBRALTAR EN VIDEO

     

     

     

    Andalousie P1 et Gibraltar

    la vue depuis notre bateau dans la marina Alcadaisa

    Nous rejoignons Alcadaisa marina à La Linea de la Conception, ville frontière avec Gibraltar.
    La marina est sympa, bien protégée et peu chère. Cela tombe bien car il faut vraiment attendre les bonnes conditions pour passer le détroit de Gibraltar vers l’Ouest. Il faut savoir que la Méditerranée est plus chaude que l’Atlantique et que cette évaporation entraîne un courant permanent vers l’Est.
    D’autre part, le vent est canalisé dans cet étroit boyau et atteint régulièrement les 30 kn, c-à-d force 7 alors même que de part et d’autre le vent est de l’ordre de 15 kn.
    D’ailleurs, à mi-chemin du détroit se trouve la ville de Tarifa connue comme spot mondial de planche à voile et réputée pour ses 300 jours de vent à 30 kn !
    Nous voudrions visiter Gibraltar demain dimanche mais on nous a prévenu, il faut obligatoirement un casque pour passer la frontière.
    Enfin si on veut y aller à vélo…
    Comme tous les jours, la queue de voitures est impressionnante. Beaux comme des dieux avec nos casques pliables sur la tête, nous nous faufilons entre les 4 roues.
    Petite particularité, la route traverse la piste d’atterrissage !

    Andalousie P1 et Gibraltar

    Andalousie P1 et Gibraltar

    Andalousie P1 et Gibraltar

    la route traverse la piste d'atterrissage...

    Andalousie P1 et Gibraltar

    Andalousie P1 et Gibraltar

    Evidemment un fish & chips s'impose

    Andalousie P1 et Gibraltar


    Dominé par un rocher de 426 mètres, classé réserve naturelle et peuplé de singes, cette enclave anglaise de 6,5 km2 en terre andalouse évoque le Royaume-Uni. Pubs, cabines téléphoniques rouges, fish & chips, bobbies…Cela laisse perplexe.
    Nous avons surtout ressenti un énorme métissage qui fait que la population de Gibraltar parle le dialecte « Llanito », un cocktail britanno-ibérique….
    Avec une telle situation géo-politique, le rocher a abrité dans l’ordre : les derniers Néandertaliens, Phéniciens, Carthaginois, Grecs, Romains, Maures jusqu’en 1462 où il devient possession espagnole…pour peu de temps suite à  une erreur de ces derniers. Ils invitent les Anglais à s’installer à Gibraltar pour lutter contre la piraterie en Med. Les « british » ne lâcheront plus « leur » rocher.
    Le territoire échappe à l’espace Schengen et s’impose comme un paradis fiscal : finance, tourisme, commerce détaxé, jeux de hasard pour une croissance économique forte et un chômage dérisoire.

     Principal point d’intérêt : Upper Rock Nature Reserve.
    Un téléphérique amène les visiteurs au sommet. De là-haut, la vue est splendide.Durant la montée, j’entends des gens qui disent que les singes sont gentils. Pour l’avoir vécu en Malaisie, je leur dis tout de même qu’il faut rester méfiants.

    LES SINGES MALICIEUX DE GIBRALTAR EN VIDEO
     

    Andalousie P1 et Gibraltar

    Andalousie P1 et Gibraltar Andalousie P1 et Gibraltar

    tellement humains

    Déjà quelques singes magots peu farouche qui ravissent là un chapeau, là fouillent un sac à dos ou montent sur la tête d’un visiteur imprudent. Un enfant pleure, il a peur.
    Toute la visite désormais se fera en descente, pour peu que l’on ne se perde pas au vu de la faible signalétique, ce qui sera notre cas.
    Retenons particulièrement « St Michaels Cave », un bel ensemble de grottes avec draperies, stalactites et stalagmites ainsi que le « Great Siege Tunnel », creusé dans la roche durant le grand siège espagnol en 1782-1783.

    Andalousie P1 et Gibraltar

    Andalousie P1 et Gibraltar

    Andalousie P1 et Gibraltar

    Great Siege Tunnel

    Voilà une semaine que nous sommes ici et, chaque jour des centaines et des centaines de voitures font la queue pour pénétrer dans ce temple de la consommation à outrance.
    La « main street » rassemble une quantité impressionnante de magasins : spiritueux, tabacs, parfumeries, vêtements etc….Chacun repart avec quelque chose.
    A en donner la nausée.

    Toujours pas de « fenêtre » correcte pour passer le détroit. Nous décidons d’un mini-trip à l’intérieur des terres, dans les montagnes, en espérant y rencontrer la véritable Andalousie.

    Andalousie P1 et Gibraltar

    Andalousie P1 et Gibraltar

    A bord de notre limousine de location, une Toyota Aygo de 1.200 cc tout de même, nous nous élançons à l’assaut des montagnes et de la sierra Bermeja par l’itinéraire des « villages blancs » qui va nous mener jusqu’à Ronda.
    Casares, Gaucin, Genalguacil …des villages perchés digne d’un tableau cubiste et des paysages grandioses. Tous ces villages semblent tourner le dos au monde balnéaire et à ses horribles constructions.
    Dans ces patelins où règne une sérénité à toute épreuve, beaucoup d’Anglais séduits par l’architecture andalouse, ont retapé des maisons.
    Evidemment, il n’y a pas beaucoup de commerces mais nous avons fini par trouver et apprécier 2 endroits authentiques où nous restaurer le midi. Rustique, authentique, sans chichis, la vraie Andalousie.

    Andalousie P1 et Gibraltar

    la forteresse de Gaucin

    Andalousie P1 et Gibraltar

    Andalousie P1 et Gibraltar

    Casares

    Andalousie P1 et Gibraltar

    Gaucin

    Andalousie P1 et Gibraltar

    Genalquacil

    Andalousie P1 et Gibraltar


    Nous arrivons en fin de journée à Ronda, la merveilleuse Ronda. Ici, c’est touristique mais qu’est-ce que c’est beau !
    Cette ville reflète véritablement l’âme andalouse et reste l’une des plus anciennes villes d’Espagne. Le pont, El puente Nuevo, enjambe El Tajo, la faille, plutôt le vertigineux ravin, qui coupe la ville en deux.
    Ronda a été intelligemment aménagée avec des points de vue assez incroyables. Vous y ajoutez de nombreux Palacio que l’on peut visiter, de belles vieilles demeures dans le centre historique, des jardins paysagers, des bains arabes et des musées et vous obtenez une destination très prisée mais qui mérite son succès.
    Nous avions bien arrangé notre coup. En arrivant vers 17H00 et en repartant le lendemain vers midi, nous avons évité le plus gros du flot de touristes qui débarquent par cars entiers…
    J’ai omis de vous dire, car je ne partage absolument pas cette boucherie, que Ronda est la patrie de la tauromachie. C’est ici que l’on édifia les premières arènes et que les règles de la tauromachie moderne furent instituées au 18ème siècle. Avant cette époque, les taureaux étaient utilisés uniquement pour entretenir la dextérité des cavaliers.
    C’était la belle époque pour les taureaux…

    Andalousie P1 et Gibraltar

    Andalousie P1 et Gibraltar

    Andalousie P1 et Gibraltar

    Andalousie P1 et Gibraltar

    Andalousie P1 et Gibraltar

    Andalousie P1 et Gibraltar Andalousie P1 et Gibraltar

    Andalousie P1 et Gibraltar Andalousie P1 et Gibraltar

    Andalousie P1 et Gibraltar

     

    28 août 2019. Nous avons bien fait d’attendre les bonnes conditions pour passer le fameux détroit de Gibraltar même si la marée et les courants nous ont fait quitter le port à 6H00 du matin soit la pleine nuit à cette époque de l’année.
    Nous slalomons entre les cargos à l’ancre dans cette nuit d’encre…
    Les conditions sont bonnes et pourtant on aperçoit déjà des petits raz, des bouillonnements et des veines de courant. Mieux vaut ne pas passer par ici avec du vent fort contre courant…
    Nous arrivons vers midi à Barbate, la capitale du thon en Espagne.

     

    LA TRAVERSEE DU DETROIT DE GIBRALTAR EN VIDEO