• Sicile P 1-mai 2019

    Cliquez sur les photos pour les agrandir

    Sicile P 1-mai 2019

  • Sicile P1

    Nous n’avions pas le choix. Il fallait y aller.
    Soit nous tentions une sortie ce vendredi 26 avril 2019 soit il fallait attendre le mercredi suivant.
    Météo oblige. Je m’étais renseigné auprès du patron, des marineros et des habitués du port sur la tactique à suivre.
    A savoir, tout droit pendant 100-150 mètres avec les déferlantes sur le côté jusqu’à aligner les roches de la plage sur le travers puis virer babord toute pour affronter les vagues de face.
    La mer sur les hauts fonds à l’entrée s’était un petit peu apaisée lorsqu’à 6 h du matin nous embouquons la sortie du port avec une grosse boule dans le ventre et en gardant les fesses serrées. Ce serait vraiment trop con…
    Ouf ! Ca passe… A cause de cette grosse tempête, il subsiste une grosse houle résiduelle, même au large, qui nous malmène vraiment à tel point qu’à un certain moment le pilote décroche complètement. J’ai juste le temps de sauter derrière la barre à roue pour éviter l’auloffée.

    Une petite video avec la vie de bateau, une sortie de port et une nav musclées, Syracuse et Noto !

    Sicile P1

                                                                                                                     descente dans la cave à vin...


    70 nm(130 km) nous sépare de Taormina en Sicile. Vu la houle résiduelle de Sud-Est, nous craignons ne pas être suffisamment abrité pour passer une bonne nuit. A l’approche des côtes siciliennes, nous appelons la marina de Riposto pour connaître le prix. 80 euros la nuit…
    Nous mettons donc le cap sur Acireale où nous arrivons à la fin du jour. Toutes les barques sont à terre car la mer entre dans ce petit port de pêche. Pas du tout engageant.
    8 nm plus au sud se trouve le port de Aci Trezza qui sur la carte semble abrité. Ca c’est en Théorie. Vous ai-je déjà dit qu’un jour j’aimerais aller y vivre…
    De toute façon, le crépuscule est là et le coin est mal pavé, donc nous n’avons pas le choix. Les bonnes places sont déjà prises par les pêcheurs et nous nous amarrons au ponton flottant qui n’est même pas encore relié à la terre ferme. Pas de visite à terre. Pas grave, nous sommes moulus !
    Malgré les amortisseurs mis en place, les vives secousses dues au ressac nous empêchent de dormir vraiment.
    Comme dit Renaud, la plaisance c’est le pied !
    Nous savons que du vent fort est annoncé. Mais il est portant et nous n’avons que 32 nm à naviguer.
    Au début c’est bien, vent 4-5 beaufort qui nous fait atteindre des pointes à 8,5 kn.
    Momo se prendrait-il pour un bateau de régate ?

    Sicile P1 Sicile P1


    Puis Eole commence à se déchaîner pour atteindre 6-7 bft avec une mer qui se creuse très rapidement. Il faut s’harnacher et bien se tenir mais le pilote se comporte bien (je reste tout de même derrière la barre). Syracuse est en vue à 5-6 nm sur notre tribord, il va falloir empanner (virer de bord en passant par vent arrière) …
    Le frein de bôme que nous venons d’installer va-t-il jouer son rôle ?
    Mais oui. Vraiment super cet accessoire ! Vous allez me dire que pour le prix, il peut l’être…
    A l’intérieur de la grande rade de Syracuse, tout se calme et nous rejoignons les 2 seuls autres voiliers au mouillage qui est relativement distant de la ville. A Syracuse, on ne mouille pas où l’on veut…
    C’est dans ce genre de cas que l’on apprécie une bonne annexe et un bon moteur scalpeur(non je ne t’oublie pas même si j’ai pardonné)pour partir au planning.
    A l’instar d’autres lieux hyper touristiques comme Santorin par exemple, Syracuse est un « must »..Un mythe aussi, surtout depuis qu’Henri Salvador l’a si bien mis en lumière. Cette ville chargée d’histoire est incontournable lors d’un voyage en Sicile. Et c’est vrai que c’est super joli et harmonieux, enfin je parle de la vieille ville d’Ortigia blottie sur son île. Eglises baroques, palais somptueux, vestiges grecs, venelles entrelacées, balcons ouvragés…etc
    Ortigia fut fondé par des colons grecs de Corinthe en 734 av.JC. Durant l’Antiquité, c’était la cité-état la plus puissante de la Magna Graecia, l’égale d’Athènes et de Carthage.
    Platon et Archimède y vécurent. C’est peu dire.

    Sicile P1 Sicile P1

    Sicile P1 Sicile P1


    Avec son étonnant mélange de styles, le Duomo est le bâtiment le plus impressionnant. Sur la même place se trouve la Chiesa di Santa Lucia, une petite église baroque où est accrochée la célèbre toile de Caravage, l’enterrement de Sainte Lucie, patronne de la ville. Le plus agréable dans cette ville est de déambuler dans ces ruelles en passant par exemple par la Piazza Archimède pour rejoindre la le Palazzo Impellizeri orné de masques de lions et d’aigles ou de pousser jusqu’à la fontaine d’Aréthuse, une source d’eau douce à quelques mètres de la mer et bordée de papyrus avec des Ficus Elastica géants.
    Grâce au guide du r…..d, nous réservons une table dans une institution locale de longue date, « Sicilia in tavola ». C’est authentique, typique, très bon et pas trop cher. J’y mange un poisson des profondeurs qui fait la réputation de Madère, le spada ou poisson sabre. Délicieux.

    Sicile P1 Sicile P1

    Resto Sicilia in tavola                                                place du Duomo un dimanche....

    Sicile P1

    Sicile P1

    Sicile P1


    On aime bien Syracuse. Il y a des gelaterias à chaque coin de rue et comme nous sommes accros…
    D’ailleurs, la Sicile revendique l’invention de la crème glacée.
    Chaque jour, il y a marché. Typique méditerranéen. De bons produits alléchants. Des thons et des espadons, la spécialité du coin.  Des marchands vociférants. Une ambiance.
    La nouvelle ville est moins intéressante, plutôt sale. Nous poussons tout de même jusqu’au Santuario della Madonna delle Lacrime, un sanctuaire très spécial, un vaisseau spatial à la gloire du béton.
    En 1953, un tableau de la Vierge se serait mis à pleurer. Dans la crypte, on trouve des béquilles et des corsets…de gens qui n’en n’ont plus eu besoin grâce aux miracles de la Vierge.
    Mieux vaut être croyant pour adhérer…

    Sicile P1 Sicile P1

    Mais il n’y a pas que des bons côtés à Syracuse et plus généralement en Italie.
    Par rapport à la Grèce, tout est plus cher, tout est négociable(un peu fatiguant), en tous cas hors saison. Ensuite, il faut faire attention aux vols ce qui nous avait complètement échappé en Grèce. Notre voisin australien de mouillage vient de se faire voler l’hélice de son moteur hors-bord ainsi que la nourrice d’essence alors qu’il avait remonté son annexe sur les bossoirs !
    Donc, on cadenasse tout : les coffres, le moteur, l’annexe, la nourrice etc…

    En théorie (vous ai-je déjà dit…), nous aurions dû repartir de Syracuse au bout de 2-3 jours.
    Sauf qu’en bateau, un problème qui n’est pas résolu ne s’arrange jamais tout seul. Au contraire.
    L’infime fissure qui, déjà l’année dernière, laissait s’écouler un tout petit peu d’électrolyte et que j’avais oblitéré avec du mastic epoxy a recommencé à fuir très légèrement. Comme nous parlons tout de même d’acide sulfurique et que Sabine a fait un horrible cauchemar en voyant Momo flamber avec nous dedans, j’ai décidé de débrancher et d’isoler la batterie défectueuse. Comme Héléna, la gérante du shipchandler est très efficace et comme nous pouvons avoir, semble t-il, 3 nouvelles batteries dans les 5 jours ouvrables, nous allons donc devenir des spécialistes de Syracuse.
    Pour réaliser ce boulot, il vaut mieux être à un quai. Nous allons donc négocier ( comme souvent en Italie) le prix de notre amarrage au Lakkios yacht club…
    Bon, le ponton est pourri, le port dégueulasse mais plutôt ben abrité car il s’en vient du mauvais temps. Il y a une petite place de libre à côte de nous, idéale pour un monocoque de maxi 30-35 pieds(10-11 mètres). Nous quittons la « marina » l’esprit tranquille et prenons le train pour aller visiter Noto, la capitale baroque de la Sicile. Comme Syracuse, elle est classée au patrimoine mondial. Evidemment, c’est très touristique mais cette ville théâtre, surnommée le " jardin de pierre " ne peut laisser indifférent avec son schéma en échiquier et ces beaux édifices de pierres calcaires qui vieillissent en prenant de belles nuances dorées. Ils sont bien trop nombreux pour tous les citer.

    Sicile P1

    Sicile P1

    Sicile P1  Sicile P1

    le palazzo Nicolaci

    Sicile P1 Sicile P1


    Nous visitons tout de même l’intérieur du palazzo Nicolaci et ses 90 pièces !
    En respectant l'inclinaison naturelle du sol et la couleur jaune de la pierre locale, les architectes ont créé des espaces tout à fait particuliers, qui font de Noto une ville assez magique.
    A notre retour vers 19H00, quelle n’est pas notre surprise de voir un catamaran de 40 pieds occuper la place qui était vacante. A mon avis, ils l’ont rentré avec un chausse-pieds et de la vaseline !
    Pascal, le proprio est sympa et français. Comme quoi, cela n’est pas incompatible.
    Allez, je plaisante…en pensant à nos nombreux amis français.
    Il nous assure qu’aucun dommage n’a été fait à « Momo ». Impossible de vérifier tellement celui-ci est serré telle une sardine sicilienne…
    Vendredi 3 mai. Nos 3 nouvelles batteries sont arrivées !
    65 kg chacune ! Le ship, distant d’une centaine de mètres, ne livre pas mais fournit un charriot que je peine à pousser jusqu’à la « marina ». 200 kg tout de même.
    Pascal nous donne un coup de main pour rentrer les batteries à l’intérieur.
    Encore une fois, ce n’est pas tellement le boulot qui est compliqué. Par contre, sortir des coffres 3 batteries de 65 kg et en entrer 3 autres a été très difficile pour Sabine et moi. Nos dos ont souffert mais nous avons réussi. Sauf que je n’ai plus la force de sortir les 3 anciennes. Je propose donc à 2 jeunes gars de les récupérer et de m’en décharger.
    J’ai souri en observant la difficulté qu’ont eue ces 2 jeunes gaillards à nous en débarrasser.
    On ne le refera plus !

    Sicile P1 Sicile P1

    serré comme une sardine                                                 les 3 anciennes batteries soit 200 kg !


    7 mai. Une longue traite de 50 nm nous amène dans la grande baie mal protégée de Taormina.
    On essaie le côté nord puis le côté sud pour revenir du côté nord…
    Partout le mouillage est rouleur. Dommage. Nous n’irons pas visiter.
    Toutefois, c’est probablement de la mer que la vue sur la ville de Taormina, perchée sur des pentes rocheuses escarpées, est la plus impressionnante.
    Demain, le fameux détroit de Messine…

    Sicile P1

    Taormina

    Sicile P1

    Le géant, l'Etna

     

    Ami navigateur : La rade de Syracuse est grande, très grande. La "guardia costiera" a parfois des humeurs, elle a fait déplacer une dizaine de voiliers qui étaient trop près du rivage alors que nous y étions depuis 2 jours déjà...ensuite d'autres voiliers sont arrivés et la guardia costiera passait devant sans rien dire...
    Si vous avez besoin d'une marina, n'allez pas au quai public ni à la marina dans la rade, vous paierez cher tout en profitant pleinement du bruit et de la musique jusqu'à pas d'heure. Une bonne solution est d'aller au nord, à port Marmareo. Bien sûr, c'est pas le luxe mais vous êtes en centre-ville et le ponton est surveillé.
    La rade de Taormina n'est à pratiquer que par temps calme, et encore.

    Partager via Gmail Yahoo!




    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique